Read synchronized with  English  Russian 
Moby Dick.  Herman Melville
Chapitre 39. Premier quart de nuit
< Prev. Chapter  |  Next Chapter >
Font: 

(Stubb, seul, répare un bras de vergue.)

Ha ! ha ! ha ! ha ! hem ! que je me racle la gorge ! Depuis lors, je n’ai cessé d’y penser, et ce ha ! ha ! en est la conclusion. Pourquoi ? Parce que le rire est la réponse la plus sage et la plus facile à l’étrangeté ; et quoi qu’il arrive, il reste toujours ce réconfort infaillible : c’était écrit ! Je n’ai pas entendu ce qu’il a dit à Starbuck mais, à mon humble avis, Starbuck faisait joliment la même tête que moi l’autre soir. Pour sûr, le vieux Mogol a dû aussi le réduire à quia. Je l’ai compris, je le savais, si j’avais eu le don de prophétie, j’aurais pu le dire tout de suite, je l’avais vu en jetant un seul coup d’œil sur son crâne. Eh bien ! Stubb, sage Stubb – c’est mon qualificatif ! – eh bien ! Stubb, et puis après, Stubb ? On danse sur le volcan. Je ne sais pas tout ce qui va se passer, mais, que ce soit ce que ça voudra, j’irai au-devant en riant. Une facétie polissonne guigne sous toutes vos abominations ! Je me sens drôle… traderidera !… Que fait ma juteuse petite poire à la maison, pendant ce temps ? Elle pleure toutes les larmes de ses yeux ? Je penserais plutôt qu’elle régale les harponneurs qui viennent de débarquer, joyeuse comme un pavillon de frégate. Moi aussi je suis joyeux, traderidera !… Oh :

Nous boirons, ce soir, à la santé de l’amour
D’un cœur léger, gai et volage
Comme les bulles qui, au bord de la coupe
Éclatent sur nos lèvres.

C’est un fameux couplet ! Qui appelle ? M. Starbuck ? Oui, oui, sir… (à part) c’est mon supérieur mais il a le sien si je ne m’abuse. Oui, oui, sir, j’ai tout de suite fini ce travail, j’arrive.