Read synchronized with  English  Spanisch  Finnish  Russian 
L’Homme Invisible.  Herbert George Wells
Chapitre 28. LE CHASSEUR CHASSÉ
< Prev. Chapter  |  Next Chapter >
Font: 

Monsieur Heelas, le voisin le plus proche de Kemp, dormait dans son pavillon, quand le siège de la maison commença. Il appartenait à la courageuse majorité qui refusa de croire à « cette ridicule histoire » d'un homme invisible. Sa femme, ce-pendant – il dut s'en souvenir un peu plus tard – y croyait, elle. Il voulut absolument se promener dans son jardin, comme si de rien n'était ; et dans l'après-midi, il alla se reposer comme le font volontiers les gens de son âge. Il s'endormit malgré le bruit des fenêtres brisées ; mais il se réveilla en sursaut avec la conviction curieuse qu'il se passait tout de même quelque chose de fâcheux. Il regarda au-dehors, dans la direction de la maison de Kemp ; il se frotta les yeux et regarda de nouveau. Alors, il mit pied à terre, et s'assit, prêtant l'oreille. Il se dit qu'il avait la berlue. Et pourtant, non, il y avait bien, là, quelque chose d'étrange : la maison paraissait abandonnée, depuis des mois, à la suite de quelque émeute. Toutes les fenêtres étaient brisées, et à toutes, sauf à celles du belvédère, les volets intérieurs étaient clos.

« Je jurerais bien que tout était comme à l'ordinaire (il tira sa montre), il y a seulement vingt minutes… »

Il entendit des secousses régulières, puis un bruit de carreau cassé. Alors, comme il était là, bouche bée, arriva une chose en-core plus étonnante. Les volets de la salle à manger s'ouvrirent brusquement et la femme de chambre apparut, en chapeau, fai-sant des efforts désespérés pour soulever le châssis. Soudain, un homme se montra derrière elle et vint à son aide : c'était le doc-teur Kemp. Et, tout de suite, la fenêtre ouverte, la femme de chambre se glissa péniblement au-dehors ; elle se lança en avant et disparut au milieu des arbustes. M. Heelas, devant ce specta-cle extraordinaire, se leva en poussant des exclamations de sur-prise. Il vit Kemp lui-même se dresser sur le rebord, sauter de là et reparaître aussitôt, courant tout le long d'une allée, entre les massifs, et se baissant comme un homme qui tient à ne pas être vu. Il s'éclipsa derrière un cytise et reparut franchissant une haie qui donnait sur la dune. En une seconde, il avait passé par-dessus et repris sa course, à une allure folle, dévalant la pente dans la direction de M. Heelas.

« Seigneur ! s'écria celui-ci, frappé d'une idée soudaine, c'est cet animal d'homme invisible !… Si c'était vrai, pourtant ! »

Pour M. Heelas, penser à des choses pareilles et agir, c'était tout un. Sa cuisinière, qui l'observait de la fenêtre du haut, fut surprise de le voir, très agité, qui revenait vers la maison à une bonne vitesse de neuf milles à l'heure. On entendit les portes claquer, des sonnettes retentir, et M. Heelas beugler comme un veau.

« Fermez les portes ! fermez les fenêtres ! fermez tout ! Voi-là l'homme invisible qui arrive ! »

Aussitôt la maison s'emplit de cris, d'ordres, de pas précipi-tés. M. Heelas courut en personne fermer les fenêtres à la fran-çaise qui ouvraient sur la véranda. Juste à ce moment, apparu-rent au-dessus de la clôture du jardin la tête, les épaules, puis le genou de Kemp. Une minute après, celui-ci, s'étant frayé un chemin à travers les asperges, accourait par le terrain vers la maison.

« Vous n'entrerez pas ! s'écria M. Heelas en poussant les verrous. S'il est à vos trousses, j'en suis bien fâché… mais vous n'entrerez pas ! »

Kemp, avec un visage de terreur, apparut tout contre le car-reau, frappa, secoua comme un fou la fenêtre à la française. Voyant ses efforts inutiles, il courut le long de la véranda, sauta, heurta du marteau à la porte de service. Il fit le tour ensuite, jusque devant la maison, puis reprit le chemin de la colline.

M. Heelas, regardant de sa fenêtre, l'épouvante sur le vi-sage, avait à peine vu disparaître Kemp que son carré d'asperges fut de nouveau piétiné dans la même direction, par des pieds que l'on ne voyait pas. Alors, M. Heelas monta précipitamment au premier étage : la suite de la chasse lui échappa. Mais, comme il passait devant la fenêtre de l'escalier, il entendit cla-quer la petite porte du jardin.

Émergeant sur le chemin de la colline, Kemp se mit naturel-lement à redescendre vers la ville. Il en était à suivre lui-même exactement le parcours que, du haut de son belvédère, et d'un œil si attentif, il avait vu suivre à Marvel, quatre jours aupara-vant. Il courait bien, pour un homme non entraîné. Quoique son visage fût blême et ruisselant de sueur, il conservait son sang-froid. Il courait à larges enjambées, et, chaque fois qu'il y avait un passage difficile, que le terrain se faisait inégal ou caillou-teux, ou qu'un morceau de verre cassé brillait sur le sol, il pas-sait dessus, laissant l'homme invisible, qui le poursuivait nu-pieds, prendre la direction qu'il voudrait.

Pour la première fois de sa vie, Kemp s'aperçut que ce che-min était prodigieusement long et désert, et que les maisons du faubourg, au pied de la colline, étaient extrêmement éloignées. Jamais il ne s'était avisé que la course fût un moyen de locomo-tion si lent et si pénible. Toutes les petites villas, endormies au soleil de l'après-midi, semblaient fermées, barricadées. Sans doute, elles étaient fermées et barricadées d'après ses propres ordres ; mais enfin, elles auraient bien pu garder un œil ouvert sur le dehors, en prévision d'un cas pareil !

La ville se dressait devant lui maintenant ; au-delà, derrière elle, la mer avait disparu ; des gens remuaient là-bas. Un tram-way arrivait juste au pied de la colline. Plus loin, c'était le poste de police. Mais étaient-ce des pas qu'il entendait derrière lui ? Serait-il rattrapé ?

Les gens, là-bas, regardaient obstinément de son côté ; une ou deux personnes se mirent à courir ; son haleine faisait un bruit de scie dans sa gorge. Le tramway était tout près mainte-nant, et les Joyeux Joueurs de cricket verrouillaient leur porte avec bruit. Derrière le tramway, des poteaux et des tas de sable : – des travaux de voirie… Kemp, une seconde, eut l'idée de sau-ter dans le tramway et de s'y enfermer. Puis il résolut d'aller jusqu'au poste de police. Un moment après, il avait passé devant la porte des Joyeux Joueurs de cricket, il était au bout de la rue, avec des êtres humains autour de lui. Le cocher du tramway et son aide, stupéfaits de sa précipitation fiévreuse, étaient là, de-bout, avec les chevaux dételés. Plus loin, des terrassiers mon-traient aussi, au-dessus des tas de sable, leurs figures étonnées.

Kemp ralentit un peu sa course ; il entendit le pas rapide de l'ennemi et, de nouveau, bondit en avant.

« L'homme invisible ! » cria-t-il aux terrassiers avec un geste vague.

Et, par une inspiration soudaine, il franchit la tranchée et mit ainsi un groupe animé entre lui et l'autre.

Alors, abandonnant l'idée du poste, il tourna dans une pe-tite rue latérale, passa contre une charrette de légumes, hésita un dixième de seconde à la porte d'un confiseur, puis se dirigea vers l'entrée d'une ruelle qui revenait en arrière, à la grand-rue. Deux ou trois petits enfants jouaient là : à sa vue, ils poussèrent des cris et se dispersèrent en hâte ; et, tout aussitôt, des fenêtres et des portes s'ouvrirent, des mamans émues montrèrent la qualité de leur cœur. Kemp retomba dans Hill Street, à trois cents mètres de la ligne du tramway ; et là, il entendit des voci-férations, des gens qui couraient.

Il jeta un regard vers le haut de la rue, du côté de la colline. À vingt-cinq pas à peine, un énorme terrassier courait, jetant des jurons entrecoupés, frappant à tort et à travers avec une bêche. Sur ses talons venait le conducteur du tramway, les poings serrés. D'autres suivaient, poussant des cris, distribuant des coups. Dans la rue, dans la direction de la ville, des hommes et des femmes couraient aussi. Kemp remarqua nettement un ouvrier qui sortait d'une boutique, un bâton à la main.

« Au large ! au large ! » cria quelqu'un.

Kemp, alors, comprit que la chasse avait changé. Il s'arrêta, il regarda autour de lui, haletant.

« Il est tout près d'ici ! cria-t-il. Barrez la rue !… »

Il reçut un violent coup au-dessus de l'oreille, et chancela en faisant effort pour se retourner vers l'adversaire qu'il n'avait pas vu. Il parvint tout juste à reprendre son équilibre ; il riposta, mais dans le vide. Puis, il fut atteint de nouveau sous la mâ-choire et s'étala tout de son long. Une seconde après, un genou lui écrasait la poitrine, et deux mains furieuses lui étreignirent la gorge, mais l'une avec moins de force que l'autre. Il saisit les poignets, il entendit l'assaillant pousser un cri de douleur ; puis, la bêche du terrassier vint tournoyer en l'air au-dessus de lui et s'abattit sur quelque chose avec un bruit sourd. La main qui lui serrait la gorge se relâcha tout à coup, et, d'un effort convulsif, Kemp put se dégager, saisit une épaule molle et roula sur son adversaire. Il maintint contre le sol des coudes qu'il ne voyait pas.

« Je le tiens ! hurla-t-il. Au secours ! au secours !… Tenez-le ! Il est par terre ! Prenez-lui les pieds ! »

Aussitôt on se précipita, tous à la fois, sur les deux lutteurs : un étranger, survenu à l'improviste, aurait pu croire qu'il se jouait là une partie exceptionnellement acharnée de football. On n'entendit plus rien, d'ailleurs, après le cri de Kemp, qu'un bruit de coups, de piétinement, et un souffle pénible.

Après un effort suprême, l'homme invisible se releva, chan-celant. Kemp lui sauta à la tête, comme les chiens font au cerf, et une douzaine de mains empoignèrent et déchirèrent l'ennemi dans le vide. Le conducteur du tramway prit le cou et le renver-sa en arrière. Un groupe confus d'hommes aux prises roula par terre de nouveau. Il y eut alors, j'en ai peur, quelques coups de pied terribles, puis, soudain, on entendit un cri désespéré : « Grâce ! grâce ! » qui se perdit tout de suite en un râle de suffo-cation.

« Arrière ! imbéciles ! » fit la voix assourdie de Kemp.

Il y eut une vigoureuse reculade de formes athlétiques.

« Il est blessé, vous dis-je. Écartez-vous ! »

Après un moment de lutte, un petit espace fut dégagé. Puis un cercle de visages impatients vit le docteur agenouillé en l'air, semblait-il, à quinze pouces au-dessus du sol, et maintenant contre terre des bras qu'on ne voyait pas. Derrière lui, un agent serrait des chevilles également invisibles.

« Ne le lâchez pas ! » criait le gros terrassier, tenant tou-jours sa bêche tachée de sang. « Il fait semblant.

– Non, il ne fait pas semblant, dit le docteur, en soulevant avec précaution son genou ; je me charge de le tenir. »

Le docteur avait la figure toute meurtrie, et qui déjà deve-nait rouge. Il parlait difficilement, gêné par sa lèvre qui saignait. Il lâcha une main et parut tâter la figure.

« La bouche est toute mouillée !… dit-il. Bon Dieu ! »

Il se redressa brusquement, puis s'agenouilla par terre, au-près du corps invisible. Il y eut une poussée, une bousculade, un bruit de pas lourds : une foule de nouveaux venus augmentait encore la presse. Les gens sortaient des maisons. Les portes de l'auberge furent en un clin d'œil toutes grandes ouvertes. On ne parlait presque plus. Kemp tâtait çà et là ; sa main semblait se mouvoir dans l'air vide.

« Il ne respire plus !… Je ne sens plus son cœur !… son flanc… Diable ! »

Une vieille femme, qui regardait par-dessous le bras du gros terrassier, poussa un cri aigu :

« Voyez donc là ! »

Elle tendait son doigt tout ridé. En regardant à l'endroit qu'elle désignait, chacun vit, légère et transparente – comme si elle eût été faite de verre, de sorte que veines et artères, os et nerfs pussent être distingués –, une main, une main molle et tombante ; elle sembla se couvrir d'un nuage et devenir opaque sous leurs yeux.

« Attention ! cria l'agent. Voici que le pied commence à ap-paraître. »

Ainsi, lentement, commençant par les mains et les pieds, gagnant doucement le long des membres jusqu'aux organes vi-taux, s'opéra cette étrange transformation, ce retour à l'état de substance visible. C'était comme la lente invasion d'un poison. D'abord, les veines blanches, traçant l'esquisse vaporeuse et gri-sâtre d'un membre ; puis les os transparents et le réseau com-pliqué des artères ; puis, la chair et la peau, vagues, à peine dis-tinctes, devenant rapidement solides et opaques. Bientôt on put voir la poitrine défoncée, les épaules et le contour incertain de la face démantibulée.

Enfin, quand la foule en s'écartant permit à Kemp de se re-lever, on vit, gisant par terre, nu et lamentable, le corps meurtri et brisé d'un homme de trente ans à peu près. Ses cheveux, ses sourcils étaient blancs – non pas blanchis par l'âge, mais blancs de la blancheur des albinos ; ses yeux étaient rouges comme des grenats. Ses mains étaient fermées, ses yeux grands ouverts, avec une expression de colère et de désespoir.

« Couvrez-lui la figure ! cria quelqu'un. Pour l'amour de Dieu, qu'on lui couvre la figure ! »

Des Joyeux Joueurs de cricket, on apporta un drap ; puis, l'en ayant recouvert, on l'emporta dans l'auberge… Et il était là, sur un lit sordide, dans une chambre vulgaire et mal éclairée, au milieu d'une foule ignorante et bruyante, brisé, blessé, trahi, sans que personne le prît en pitié, ce Griffin, le premier homme qui se soit rendu invisible, Griffin, le physicien le mieux doué que le monde ait jamais eu : il avait achevé, dans une catastro-phe inouïe, son étrange et terrible carrière.